Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt, Dagoma utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus.
J'accepte

Comment bien choisir son filament PLA ?

Quand on débute, rien ne ressemble plus à un filament PLA qu’un autre filament PLA. Couleurs, textures, et même souvent conditionnements identiques, dur-dur de s’y retrouver parmi les dizaines de marques existantes. De la qualité de votre filament dépendra pourtant la qualité de votre impression, sa netteté, sa brillance…

La tentation des prix bas

Impression avec un filament de mauvaise qualité

Impression avec du PLA bas de gamme

Sitôt votre imprimante 3D arrivée, votre réflexe, c’est bien sûr de filer sur internet acheter un stock de bobines de PLA. Devant toutes les références, vous faites un tri par prix. Logique ! Et vous tombez sur des tarifs autour de 19 euros le kilo. Normal ? Euh… pas tout à fait ! Avec les filaments bon marché, non seulement le résultat de votre impression sera très moyen. Mais en plus, vous vous retrouverez face à des problèmes de netteté, de couleur, et à tout un tas de choses du genre qui vous feront presque regretter d’avoir investi dans votre imprimante. Mais en plus, ces filaments finiront par endommager votre machine ! Croyez nous sur parole, on a testé, c’est pas beau à voir… Premier conseil donc, ne vous ruinez pas, mais ne descendez pas en dessous d’un certain prix. On considère qu’en dessous de 25 euros le kilo, mieux vaut passer votre chemin, et qu’au dessus, vous commencerez à vous amuser avec des filaments de qualités intéressantes.

Attention au conditionnement

Certains fournisseurs vont ensuite vous proposer du filament en vrac. Pourquoi pas ? Si vous faites ce choix, sachez que ça ne sera pas franchement pratique à priori pendant l’impression. Et pas idéal si vous souhaitez garder votre filament en bon état. On vous conseille donc, si vous choisissez d’acheter du PLA en vrac, d’imprimer une bobine et de l’enrouler dessus. Idem sur le poids, faites attention aux bobines de 2 kilos. Votre moteur d’extrusion n’aimera pas forcement ! Trouvez, là encore, un système pour qu’elle se déroule le mieux possible.

Testez plusieurs marques et plusieurs températures

A l’arrivée de votre filament, il peut arriver que vous soyez tout à fait convaincu par votre filament. Tant mieux ! On vous conseille quand même, au départ, d’essayer au moins deux marques (ça tombe bien, on vend du Chromatik, du Filo3D,de l’Octofiber et même du Polymaker :-) ) pour être sûr que vous avez effectivement fait le bon choix. Rien de plus agaçant en effet que d’imprimer des tas d’objets et de se rendre compte au bout d’un moment qu’on aurait pu avoir un rendu encore meilleur… Il peut arriver, à l’inverse de ne pas être satisfait du tout de son filament, et là, on a envie de vous dire que tout n’est pas perdu. Il se peut que le filament ne soit pas bon, effectivement. Mais il peut arriver aussi que la température choisie n’ait pas été optimale pour cette marque en particulier. Choisissez une température inférieure, supérieure, bref, jouez sur la chaleurs avant de statuer. Peut être que finalement, vous serez très satisfait.

Impression avec un filament de bonne qualité

Impression avec du filament de qualité

Pourquoi Dagoma a fait le choix d’utiliser du PLA pour ses imprimantes 3D ?

Déjà, parce qu’en plus de vous offrir des impressions de qualité, c’est bon pour la planète ! L’Acide PolyLactique -ou PLA- est un bioplastique obtenu à partir d’amidon de maïs. Il est entièrement biodégradable, basé sur une source renouvelable, ce qui fait de lui une excellente alternative aux plastiques d’origine fossile (ABS, PE, PA…). Il est sans solvants, sans effluves nocives, et dégage même parfois une odeur de caramel en chauffant. Il est donc idéal pour un usage domestique… Sachez-le : Dagoma fait appel à des fournisseurs qui s’engagent sur la traçabilité de leurs ressources, sur leur responsabilité environnementale et qui partagent donc nos valeurs. D’un point de vue écolo-pratique, l’utilisation du PLA n’implique pas l’utilisation d’un plateau chauffant ou l’ajout de matières avec nos imprimantes, pourtant nécessaires avec d’autres composants plastiques. La consommation d’énergie est donc divisée jusqu’à 5. Enfin, les évolutions rapides lui donnent chaque jour de nouvelles fonctions (brillance dans la nuit, plus solide, plus souple, 40% de bois, 40% de pierre, 40% de bronze, changement de couleur a la chaleur ou aux UV, etc.) ouvrent des possibilités incroyables qui nous plaisent bien.