Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt, Dagoma utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus.
J'accepte

FÉLIX CAUDRON : "LA 3D A TRANSFORMÉ MON MÉTIER DE DESIGNER PRODUIT !"

Designer produit freelance, Félix Caudron créé des objets pensés pour l’impression 3D. On lui doit, chez Dagoma, le design de l’éolienne de notre première Box by Dagoma. Une bonne raison de vous le présenter !

Félix Caudron

Hello Felix ! Parle-nous un peu de toi et de ton parcours.

Je suis Lillois, j’ai 30 ans et je suis designer produit freelance. J’ai commencé par un Bac STI génie mécanique et un IUT génie mécanique. N’étant pas certain de mon amour pour la mécanique, je suis allé décrocher un diplôme de design à l’Institut Supérieur de Design de Valenciennes – contrairement à la mécanique, ça me faisait envie depuis très longtemps – et je suis parti m’installer en freelance, à Paris. J’ai suivi, par la suite, une formation en impression 3D à l’ENSAM de Lille Aujourd’hui, je suis spécialisé dans l’impression 3D. Je créé des objets à imprimer en 3D, je fais du prototypage pour les start-ups, entre autres. Je suis également formateur à l’ENSAM et consultant.

Comment es-tu arrivé jusqu’à Dagoma ?

Par le biais d’Entreprise Ouverte, à Roubaix. C’est un lieu d’innovation, de travail et de partage bien connu de cette ville. Dagoma voulait créer une box, j’ai proposé mes idées puis j’ai travaillé en équipe avec Waël, un des ingénieurs de Dagoma. Ensemble, nous avons mis au point l’éolienne pour la Box by Dagoma. Waël s’est occupé du côté technique et moi, du design. Le résultat est plutôt cool et utile je crois !

L’éolienne de la Box by Dagoma, designée par Félix Caudron

Qu’est ce qui t’a attiré dans la 3D ?

En fait, pendant mes études, j’imaginais tout sauf me spécialiser dans la 3D. Passer des heures sur un logiciel me semblait fastidieux, abstrait… Et puis les imprimantes 3D sont arrivées et ça a tout changé. Voir des objets uniques prendre forme en quelques heures, pouvoir multiplier les essais, c’était incroyable ! Et quel temps gagné ! Avant, on faisait faire les prototypes par un maquettiste et on priait pour ne pas être déçus en voyant le rendu. Aujourd’hui, avec l’imprimante 3D, c’est au micron prêt, et il n’y a pas de surprises. Cette technologie m’a donné une approche totalement différente de la 3D et même du métier de designer produit. Aujourd’hui, je passe des heures sur mon logiciel, et j’adore ça ! Je fais les prototypes de recherche chez moi, et pour un rendu vraiment parfait et professionnel, j’envoie à un prestataire externe.

Comment imagines-tu l’avenir de cette technologie ?

Je pense que cela va arriver petit à petit dans les familles un peu geek. Ca sera un jouet qu’on offrira et qui servira pour tout le monde, parents et enfants. Les écoles, les profs de techno, les ateliers d’arts créatifs seront sans doute très vite équipés également d’imprimantes 3D. Avec Dagoma, il n’y a même plus la barrière du prix. Rendez-vous compte, une imprimante 3D coûte aujourd’hui deux fois moins cher qu’un smartphone avec des possibilités illimitées. Techniquement, je ne suis pas sûr qu’on fera mieux en terme de rendu, mais ce qui est certain, c’est qu’une impression qui prend une dizaine d’heures aujourd’hui prendra une heure dans quelques années.

En savoir plus sur Félix : http://www.felixcaudron.net/